26 août 2010

Septante Huit Dermestes

Le délire des dermestes n'a aucune limite. Faisant subitement et pour m'agacer de l'air son domaine de prédilection, alors que je lisais, l'un d'eux vint voleter près de moi. En chassant l'air de ma main, je tentais de le conduire à la fenêtre ouverte. Chaque tentative aboutissant à un échec.
Posté par monsieure à 19:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]