18 juin 2009

Six Dermestes

Je ne me suis pas résolu à tuer les Dermestes. Malgré les difficultés que cela implique, je dois les saisir un par un et les jeter dehors, par la fenêtre. Je ne sais pas si leur prolifération me conduira au meurtre de l'un d'entre eux.
Posté par monsieure à 18:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]

15 juin 2009

Cinq Dermestes

Malgré les protestations de ma femme, nous sommes prêts à prendre en compte les hypothèses les plus absurdes concernant les Dermestes.
Posté par monsieure à 10:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2009

Quatre Dermestes

J'observe un Dermeste. Il marche sur la tranche d'un gros livre, c'est un pavé sur Léonard de Vinci. Il prend alors son envol... à contre-jour, il a seulement l'air d'une grosse poussière.
Posté par monsieure à 11:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juin 2009

Trois Dermestes

Nous recherchons les causes de l'apparition des Dermestes.  On a éliminé un vieux morceau de pain que les rats gardaient, mais les Dermestes subsistent.
Posté par monsieure à 08:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 juin 2009

Deux Dermestes

On a repéré des Dermestes dans la chambre d'à côté aussi. Quelqu'un à proposé d'intervenir.
Posté par monsieure à 11:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2009

Un dermeste

Les Dermestes nous envahissent. Près du Pouf, ils semblent tomber du plafond. Je n'ai rein écrit sur eux avant car je ne prêtait pas attention à leur prolifération. Or c'est un fait, ils semblent bien décidés à s'installer ici. Je ne sais pas encore quoi faire.
Posté par monsieure à 21:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2009

Organisation de l'ouvrage

Prologue ou quelque mots sur cette histoire de journal. Monsieur E.T.A. Hamilcar fut un homme curieux. Le plus curieux, le concernant, c'est qu'il parvint à faire parler de lui sans pour autant être particulièrement intéressant, ou drôle, ou suffisament stupide. Il ne lui est pas non plus, contrairement à d'autres, arrivé d'étranges aventures. Il n'a absolument pas été retrouvé mort chez lui, portant sur son visage une intense crispation indicant une douleur abominable et une peur incompréhensible précédent le décès... [Lire la suite]
Posté par monsieure à 21:38 - Commentaires [2] - Permalien [#]